L’Écriture nous invite donc à l’accueil mutuel

La question de l’accueil est présente, ou appelée à l’être, dans la préoccupation de L’Église.

Cette préoccupation nous vient directement de l’enseignement biblique :

Accueillez-vous les uns les autres, comme le Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu ” (Rm 15.7).

On est très près du centre de la foi chrétienne, puisque cet accueil mutuel est lié

(1) au fondement de la vie chrétienne (la grâce reçue en J.C)

(2) au but de la vie chrétienne : la gloire de Dieu.

 

Souvent, l'accueil est considéré, par le petit bout de la lorgnette. Évoque-t-on l’accueil ?

Immédiatement, on pense : “Équipes d’accueil” le sourire qui vous accueille...

C’est important, agréable, nécessaire : mais parler d’accueil va plus loin. “Accueillir comme le Christ nous a accueillis” :

n’est-ce pas, finalement, la question de l’hospitalité que j’accorde à l’autre, dans sa personne tout entière.

 

Si la personne qui vient pour la première foi est bien accueillie, elle reviendra probablement avec le désir de prendre part à la vie de l’assemblée. Les personnes accueillies dans la joie deviennent alors, elles aussi, des témoins actifs de ce qu’elles ont vécu.

 

"Accueillir" signifie recevoir avec plaisir et hospitalité. "Accueilli(e)" signifie reçu(e) avec plaisir, joie et courtoisie.

Ainsi, par définition, une église accueillante reçoit les gens gracieusement, avec gentillesse.

L’accueil c’est aussi de trouver une place aux retardataires en silence pour ne pas gêner le culte.